Accueil 5 L'association 5 Contre les violences faites aux femmes

À l’occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, dimanche 25 novembre, le président de la République, François Hollande, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, ont visité un centre d’accueil géré par l’association « FIT-Une femme, un toit« , situé dans le 3ème arrondissement de Paris, qui héberge de jeunes femmes victimes de violences. Ce centre d’hébergement et de réinsertion sociale dispose de 60 places d’hébergement pour des jeunes femmes de 18 à 25 ans, victimes de violences familiales et/ou sexuelles, qui y résident en moyenne pendant quinze mois.

Le président et les ministres ont écouté les témoignages des jeunes femmes accueillies dans ce centre d’hébergement et leur ont exposé les mesures que prépare le gouvernement pour assurer une meilleure protection et prise en charge des femmes victimes de violence.

Le président de la République a profité de cette Journée internationale pour annoncer un « plan global » pour lutter contre les violences faites aux femmes, avec des « dispositions renforcées ». Il s’agit d’une série de mesures de prévention, de prise en charge et de répression. Le Président de la République veut faire de la lutte contre les violences faites aux femmes un sujet de mobilisation nationale. Il a demandé à l’ensemble des ministres de s’engager sur ce sujet dans la perspective du comité interministériel aux droits des femmes qui se réunira le 30 novembre prochain pour la première fois depuis 12 ans. A cette occasion, le Premier ministre détaillera les grands axes d’un plan national de lutte contre les violences faites aux femmes qui sera déployé tout au long de l’année 2013.

« Les femmes doivent être protégées par la voie pénale quand elles sont décidées à porter plainte avec des procédures pénales rapides, des sanctions fermes et un meilleur suivi des auteurs pour prévenir la récidive. Mais également quand aucune plainte n’est déposée par la voie civile », a déclaré la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, dans une interview au quotidien Métro dans l’édition du 25 novembre.

Dans le cadre de cette mobilisation nationale, Najat Vallaud-Belkacem a réuni vendredi 22 novembre plus de 500 professionnels, policiers, gendarmes, médecins, magistrats ou avocats, membres d’association de soutiens aux victimes. La ministre des Droits des femmes a présenté durant cette réunion quelques-unes des initiatives visant à mieux former ces professionnels, dont les rôles sont essentiels dans la détection comme la prévention des violences sexistes et sexuelles. Elle a aussi annoncé la généralisation, sur tout le territoire de la République, du téléphone d’urgence grand danger dont l’expérimentation notamment en Seine-Saint-Denis a donné de très bons résultats.

Le site du ministère des Droits des femmes rappelle qu’en 2010-2011, 200 000 femmes entre 18 et 75 ans ont été victimes de violences sexuelles hors ménage et près de 600 000 ont été victimes de violences au sein même de leur ménage.
Sources Ministère des droits des femmes, Le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur


* Exposition « Blessures de femmes » de Catherine Cabrol
26 portraits de femmes victimes de violence photographiées par Catherine Cabrol.
Blessures de femmes est né de la nécessité d’une photographe, Catherine Cabrol, d’agir contre les violences faites aux femmes. Pendant des années, elle a rencontré des femmes qui ont subit toutes formes de violences et en a tiré une oeuvre d’images et de paroles. Ces portraits en noir et blanc accompagnés de leurs témoignages bouleversants sont devenus un outil artistique, capable de sensibiliser et de lutter avec élégance, contre toutes formes de violences.

Dans le cadre de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, Catherine Cabrol a proposé à des acteurs de la Comédie-Française de lire ces témoignages, au masculin-féminin sur scène. « Je cherche à aider les femmes. Je demande aux hommes de s’engager. L’idée est de doubler les forces, de « provoquer » avec le talent des « hommes », de donner une envergure tout à fait singulière à ces lectures, à la parole des femmes. Avec l’espoir de sensibiliser et de convaincre, cette soirée souhaite aller au-delà des clivages et des idées reçues, vers une solidarité nécessaire pour que le regard change, que les liens changent… »
Site internet


Liens importants :
*
Une campagne d’affichage autour du slogan « Viol, la honte doit changer de camp » a ainsi été lancée mercredi, pour signer la pétition  : www.contreleviol.fr

* Le « manifeste des 313 » du Nouvel Observateur
En 1971, Le Nouvel Observateur publiait le manifeste de 343 femmes qui revendiquaient le fait d’avoir eu recours à l’avortement, illégal à l’époque. Trente-et-un an plus tard, l’hebdomadaire diffuse ce mercredi l’appel de 313 victimes de viol qui souhaitent lever le tabou sur cette violence qui concernent 75 000 femmes en France.
Pour signer le manifeste des 313, écrire à 

* L’association Ni putes ni soumises propose un soutien psychologique et un soutien juridique et social. Contact : 01.53.46.63.00 ou

* Fondation pour la dignité et le droit des femmes

* L’association « Osez le féminisme »

à lire aussi