Accueil 5 Emploi 5 Emploi et pouvoir d’achat : préoccupations majeures des Français

Le 26 mars dernier un sondage montrait que les Français souhaitaient que la présidentielle se recentre sur les questions de chômage et de pouvoir d’achat. Rien d’étonnant à cela car depuis maintenant quatre années les Français connaissent une stagnation des revenus, du jamais vu depuis l’après-guerre.

Si la crise financière peut être désignée comme principal responsable de cet état, il faut néanmoins noter que six pays européens ont vu leur pouvoir d’achat augmenter durant cette même période de crise : l’Allemagne, la Finlande, la Slovaquie (Zone euro), la Pologne, la Suède et le Danemark (hors zone euro). Cependant des pays ont aussi connu un fort déclin : -16 points en Grèce, -10 points en Estonie ou en Lettonie. Ainsi, les politiques mises en place par les différents gouvernements ont aussi eu une influence majeure sur le pouvoir d’achat des européens.

Les inégalités de revenus se sont aussi accrues. Ainsi le rapport entre le revenu moyen des 20 % les plus riches et celui des 20 % des plus pauvres a augmenté entre 2007 et 2010, aussi bien dans la zone euro que dans l’UE. L’Espagne qui a subi une progression des inégalités  de 1.6 points est le pays le plus durement touché. La France a elle observé une hausse des inégalités en trois ans de 0,6 point. Cette poussée n’est pas due à la seule crise, elle s’explique aussi par la politique fiscale menée sous le gouvernement de François Fillon.

Autre inquiétude des Français : l’emploi. En 2011 dans la zone euro ainsi que dans l’UE, l’emploi n’avait pas encore retrouvé son niveau de 2007. La France avait elle tout juste retrouvé ce niveau. Au sein de la zone euro seuls l’Autriche, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg font mieux. L’Irlande, a quant à elle, perdu 15 % de ses emplois depuis 2007.

Pour mieux comprendre les fluctuations de l’emploi, l’activité économique n’est  pas le seul critère à prendre en compte car la productivité (1)  a, elle aussi, une importance décisive. En France cette dernière a augmenté de 0.3 % entre 2007 et 2011 contre une moyenne de 1 % dans la zone euro. La France n’a cependant pas réussi à retrouver son niveau d’avant la crise où la productivité atteignait environ 1 %. Cette hausse, bien que faible, a quand même contribué à limiter le recul de l’emploi.

Le chômage reste donc une vive préoccupation des Français et cela est compréhensible car les chiffres sont malheureusement impitoyables. Le taux de chômage, entre 2007 et 2011, a augmenté de 3.1 points dans la zone euro et de 2.9 dans l’UE. La France avec une hausse de « seulement » 1.9 point fait mieux que la moyenne. Néanmoins, elle reste sur cette période derrière des pays comme la Belgique, l’Autriche, l’Allemagne, et la Finlande qui ont eux observé une baisse du chômage. Fin 2011 le chômage atteignait encore 9.8 % de la population active française.

 Cet article est un condensé du dossier paru dans Alternatives Economiques, numéro 312, avril 2012.

En partenariat avec Alternatives Economiques.


(1) Productivité : quantité de richesses produites chaque année par chaque personne qui occupe un emploi et son évolution

à lire aussi