Accueil 5 Voyager 5 Crise au Pérou : le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères appelle les Français à ne pas se rendre au Pérou ( Page )

En raison des troubles politiques et sociaux liés à la destitution du président, l’état d’urgence a été déclaré le 14 décembre sur l’ensemble du territoire péruvien pour 30 jours. Des manifestations violentes, durant lesquelles des victimes ont été déplorées, ainsi que des pillages, ont eu lieu dans certaines villes, notamment autour d’Ayacucho.

Un couvre-feu a été instauré le jeudi 15 décembre dans 8 départements : Arequipa (province d’Arequipa), La Libertad, (province de Viru) , Ica (provinces d’Ica et Pisco), Apurimac (provinces d’Andahuaylas et de Chincheros), Cusco (provinces de Cusco, La Convencion, Chumbivilcas et Espinar), Puno (provinces de Carabaya et San Roman), Huancavelica (provinces de Tayacaja et Angaraes), Ayacucho (province de Cangallo), débutant entre 18h00 et 20h00 selon les départements, jusqu’à 4 heures du matin.

L‘aéroport de Cusco a rétabli les vols vers Lima depuis vendredi 16 décembre, tandis que celui d’Arequipa a rouvert ce lundi 19 décembre. Les autorités ont annoncé la réouverture des aéroports de Juliaca, Ayacucho et Andahualyas dans les prochains jours. Pour tout changement de réservation des billets d’avion pour les vols intérieurs ou internationaux, il convient de contacter directement les compagnies aériennes

De nombreux axes routiers continuent d’être bloqués, empêchant les transits terrestres entres les principales villes du pays. C’est pourquoi il est fortement déconseillé de voyager par la route. Il convient de se déplacer en avion, en particulier pour se rendre à la capitale Lima.

Les trains circulent à nouveau entre Aguas Calientes (Machu Picchu) et Ollantaytambo. Toutefois la reprise reste très limitée et toutes les liaisons ne sont pas assurées.

Dans ce contexte, il est toujours conseillé de reporter tout déplacement non essentiel au Pérou et d’éviter, le cas échéant, les déplacements en dehors de Lima, en particulier dans les régions du sud du pays. Il est par ailleurs fortement recommandé de s’inscrire sur la plateforme Ariane du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères afin de s’identifier et de recevoir des informations et des consignes de sécurité.

Compte tenu des risques encourus, il est expressément recommandé de se tenir éloignés des rassemblements sur la voie publique et de strictement respecter les consignes des autorités locales.


Sources :

 

 à lire aussi

Haïti : situation sécuritaire

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a publié le 19 mars 2024, une communication concernant la situation sécuritaire en Haïti. Suite...